H

HAEUSER, Jean-Etienne né en 1966 à Strasbourg, commence le violoncelle à l'Ecole de Musique de Bâle, en Suisse, à l'âge de dix ans. Cinq ans plus tard, il entre au conservatoire de la même ville dans la classes professionnelle de Heinrich Schiff. En 1988, il poursuit ses études auprès de Thomas Demenga et de Antonio Meneses jusqu'à l'obtention de son diplôme de virtuosité.
Il se produit pour la première fois en soliste en 1991, avec l'Orchestre Symphonique de la Radio de Bâle sous la direction de Jost Meier, en interprétant le premier concerto de Saint-Saëns. Depuis 1993, il est violoncelliste à l'Orchestre National de Bordeaux Aquitaine. En 1997, il joue le concerto de Schumann avec l'orchestre de " l'Atelier Musique Aquitaine" à Bordeaux sous la direction de jean-Marie Juan.

HAM, Jeongwon est professeur assistant de piano à l'Université de "Northern Iowa" aux Etats Unis. Elle obtient son doctorat à l'université du Kansas, après avoir été diplômée à la "Hochschule" de Künst de Berlin puis à celle de Essen en Allemagne. Sa formation comprend également des sejours à l'université de l'Arkansas, au "Midwestern Music camp" et à la Hoschule Hans Eisler de Berlin. Outre ces brillants diplômes, le Dr Ham est lauréate de nombreux concours internationaux de piano tels Arthur- Shnabel, Bartok, Kabelvsky , Epinal, Hindemith et Simone Belsky.
Le Dr Ham donne son premier récital au "Merkin Hall" New York (USA) en 1998 et se produit depuis en France, Allemagne, Italie, Corée, Hollande et aux USA comme soliste mais aussi avec des orchestres. Ceci en complément de son activité de musique de chambre.

HANKS, Stanley : Pianiste et chanteur polyglotte et polystilistique, Stanley HANKS a passé une grande partie de sa vie à faire connaître la musique populaire « de la plus haute qualité » à des auditoires variés dans plusieurs pays.

Né il y a 41 ans de parents Américains au Costa Rica, il s’est passionnément dédié à apprendre la technique classique de son instrument principal en suivant semaine par semaine des cours de piano sans interruption de l’âge de 8 ans jusqu’à l’âge de 17 ans. Il s’est bientôt avéré que son vrai talent se trouvait dans sa facilité d’oreille pour les riches harmonies de la musique populaire du vingtième siècle, qu’il appliquait avec facilité tant comme accompagnant que comme arrangeur. Il écrit ses premières chansons en anglais à l’âge de 15 ans, les premières en espagnol suivirent aussitôt. Déjà en tant que compositeur et arrangeur pour le groupe vocal folklorique du Lycée Franco-Costaricien, ses travaux apportent plusieurs premiers prix aux Festivals de la Chanson tellement aimés et cultivés par la jeunesse scolaire et universitaire de son pays natal.

Après une année entière passée au Lycée Camille Jullien à Bordeaux, il revint au Costa Rica en 1983 avec son bac français « en poche » et plusieurs chansons françaises de sa propre plume dans la valise. Il s’inscrit aussitôt à l’Université du Costa Rica pour étudier la composition, le piano et le chant. C’est pendant les deux années passées dans la riche ambiance musicale du Conservatoire à San José qu’il rencontre pour la première fois Mario Ulloa et travaille avec lui le répertoire populaire pour guitare et chant qui leur a apporté tant de succès au Costa Rica comme, plus tard, en Allemagne.

Stanley Hanks s’installe au Prieuré Le Mesnil Saint Martin en septembre 2004, après avoir résidé en Allemagne pendant 19 ans. C’est en Allemagne qu'il obtient un diplôme Magister en musicologie et où il travailla dans une entreprise spécialisée dans la vente d'instruments musicaux et de matériel de lutherie, poste qui lui permit de cultiver, dans son temps libre, constamment et publiquement, sa passion pour la musique populaire des Amériques et de l'Europe, sans être obligé à se tenir aux exigences commerciales du marché.

Actuellement, Stanley Hanks partage son temps à donner des cours de musique, à traduire des textes destinés à accompagner des enregistrements sur CD de musique classique pour des compagnies allemandes (tant en anglais qu'en français ou en espagnol, langues qu'il domine à la perfection), et au secrétariat et à la trésorerie des deux associations qui animent le Prieuré.

HAY Samantha suivit ses études musicales au conservatoire de Birmingham, se perfectionnant par la suite au Royal College of Music à Londres (diplôme post-doc en 2001). Elle remporta le Reginald Vincent Lieder Prize, ainsi que les premier prix aux concours Great Elm, Symphony Hall Recital Competition et Cecil Drew Oratorio Competition. Pendant ses études, elle interpréta sur scène les rôles de Poppea (l'Incoronazione di Poppea), de Venus (Orphée aux Enfers) et de Tigrane (Radamisto), ainsi que les rôles de Nannetta (Falstaff), d'Adina (L'Elisir d'Amore) et de la Renarde (Histoire de la petite renarde rusée) en concert. Elle interpréta après son diplôme les rôles d'Elsie (Yeomen of the Guard), de Yum-yum (Mikado) et de Joséphine (H.M.S. Pinafore) en Grande-Bretagne, et celle de Lucia (The Rape of Lucretia) en Hongrie, en Lettonie et à Saint-Pétersbourg. En 2003 elle chanta la Princesse Ida au Festival de Buxton, ainsi que la 1ère Dame (Flûte enchantée) et Rosalinda (Die Fliedermaus). Samantha HAY s'installa en janvier 2006 à Cardiff (pays de Galles), où elle occupe un poste permanent à la Welsh National Opera. À part son travail dans les productions principales, elle se dédie aussi aux projets d'éducation "MAX", à travers lesquels cette même institution réalise des productions d'opéras contemporains dans des écoles sur tout le territoire britannique. Samantha compte parmi ses hobbys l'entraînement au gymnase, la lecture, la fabrication artisanale de bijoux et l'apprentissage de la langue française! Sam voudrait remercier ce soir ses parents Iain & Linda HAY (installés à Monflanquin) pour leur soutien continuel.

HEBRARD, Isabelle travaille son instrument principalement avec Sophie CHERRIER et Maryse ANCELIN. Elle obtient dix premiers prix de Flûte dont celui de la Ville de Paris, le Prix d'Excellence de la Fédération Nationale des Conservatoires, la Médaille d'Or de l'Ecole Nationale de Musique de Fresnes et la Licence de Concert de l'Ecole Normale de Musique de Paris. Licenciée en Musicologie à la Sorbonne, elle est titulaire du Capes d'éducation musicale et de chant choral. Son parcours est essentiellement dirigé vers le concert de soliste et de musique de chambre. Elle a enregistré à France Culture de la musique de scène pour le Festival d'Avignon.
La Direction de l'Ensemble Vocal AURA JUVENIS des Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris lui a été confiée en 1991 et fait partie intégrante de son cheminement musical jalonné de concerts et de récitals donnés à Paris, en province, à Saint-Jacques de Compostelle. Depuis Octobre 1999, elle dirige l'Ensemble de flûtes de l'OJAL (Orchestre de Jeunes Alfred Lowenguth).

HERRERA, Hilda
Pianiste et compositeur argentin, Hilda HERRERA est née à Cordoba. Figure incontournable de la musique folklorique elle parcourt son pays en donnant des récitals et master-class sous l'égide de divers organismes culturels (Fondo Nacional de las Artes, Secretar'a de Cultura de la Nación, entre autres). De 1974 à1983, elle dirige le département de Musique Argentine et Latino-américaine de l"Université du Littoral ainsi que la coordination du Cycle d'entrée au Conservatoire de Buenos Aires. Hilda HERRERA visite la France pour la première fois en 1992, invitée par les conservatoires de Châtillon et d'Antony, à donner des concerts et des master-class. Elle se produit également aux "Trottoirs de Buenos Aires" (Paris) et enregistre le disque laser "Señales luminosas" à Boulogne Billancourt sous le label LOCO-Balaine. De 1994 à 1996, elle coordonne et dirige le cycle de spectacles "Maestros del Alma", déclaré d'intérêt culturel par le Sénat de la Nation, cycle dédié à des créateurs tels que Atahualpa YUPANKI, Sebasti‡n PIANA, Cuchi LEGUIZAMON, Mar'a Helena WALSH, Adolfo ABÌALOS, Carlos GARCIA, Virgilio EXPOSITO, Horacio FERRER et d'autres. En Mars 1996 a lieu à Buenos Aires la création de son oeuvre "Romance de Aquella Porteña" sur des textes de Margarita DURAN. La critique musicale s'incline devant la nouvelle dimension que prennent les rythmes traditionnels argentins. En Octobre elle participe en France au VII Rendez-Vous International du Piano en Creuse. La même année, elle est décorée par la Mairie de Buenos Aires pour son travail de diffusion de la musique argentine.
L'O.N.U. lui décerne son prix annuel pour son disque Señales Luminosas et ce qu'il apporte à la musique argentine pour piano. Depuis 1998, Hilda HERRERA est titulaire de la classe d'interprétation au piano du folklore argentin au Conservatoire de Buenos Aires. Son oeuvre en tant que compositeur fait déjà partie du patrimoine culturel argentin et a été diffusé par des interprètes tels que Mercedes SOSA, Susana RINALDI, Ariel RAMIREZ et Atahualpa YUPANKI. Hilda HERRERA "Un piano dans la nuit qui sonne, avec sa profondeur charnelle, et qui râpe l'âme avec des sons venant du fond des âges, du fond de la terre" Raœl Maldonado.
Madame Herrera interprète des oeuvres appartenant à la musique folklorique argentine -la plupart de sa propre composition- qu'elle présente au fur et à mesure.

HILLIARD, Patrick

Encouragé par les cantatrices anglaises Elizabeth Harwood et Maureen Lehane, Patrick Hilliard étudia l'accompagnement au piano au Royal Northern College of Music à Manchester. Elève de David Lloyd, Geoffrey Pratley et Robin Bowman, il remporta le prix "Peter Pears" à Londres en 1986. Installé dès lors en France, il accompagne de nombreux artistes, tels Michel Piquemal, Béatrice Uriah Monzon ou Atarah Ben Tovim, la maîtrise de Radio France et le Choeur Régional du Midi-Pyrénées. Egalement chef de chant et chef de choeur, il collabore avec les opéras de Toulon et Bordeaux, les Festivals du Haut Quercy, de Saint-Céré, de Sinfonia en Périgord (avec Michel Laplénie et Sagittarius) et le Festival du Périgord Noir. Titulaire du certificat d'aptitude de pianiste-accompagnateur, il travaille dans plusieurs conservatoires du Sud-Ouest et continue de se produire avec la nouvelle génération de chanteurs français (André Heyboer, Hermine Huguenel, Stanislas de Barbeyrac). Passionné de la musique française du 19ème siècle, il redécouvre et enregistre des oeuvres de Marie de Grandval ainsi que deux disques de musique de salon pour piano; il est actuellement en poste au Conservatoire départemental de la Dordogne et chef de choeur de Pro Musica de Ste Foy la Grande. Parmi les projets pour 2015: des récitals pour Musiques en Périgord avec le Trio Hermione, musique de chambre avec le quintette de Schubert "La Truite", et la direction du Stabat Mater de Poulenc et le Requiem de Fauré.

HILLE,
Florian
Florian Hille, baryton basse, est né en Allemagne à Schwerin. Il a fait ses études a la Hochschule für Musik « Hanns Eisler » de Berlin dans la classe de chant d’Alexander Vinogradov et dans la classe de Lied de Wolfram Rieger. Il est lauréat du concours national « Jugend musiziert » ainsi que du concours international de Musique Proscrit. A l´occasion de nombreuses masterclasses, Florian bénéficie des conseils d’artistes de renom, tels que Thomas Quasthoff, Rudolph Piernay et Margreet Honig, Hélène Golgevit. Lors du « Schleswig Holstein Musikfestival », il fait ses débuts sur la scène internationale avec le rôle de Jésus dans la « Passion selon Saint Jean » de Bach dans une mise en scène de Robert Wilson à l´opéra de Kiel. Depuis, boursier de la Fondation Richard Wagner et avec le soutien de la Fondation Royaumont, il a eu la possibilité d´approfondir son expérience de la scène lors de nombreuses productions et concerts : il est Bartolo dans « Le Nozze di Figaro » de Mozart, Basse dans le Requiem de Mozart avec l’Orchestre Symphonique de Singapour, dirigé par Rolf Beck et chante dans « Jeanne d´Arc au Bûcher » de Honegger au Festspielhaus de Salzburg. Actuellement il poursuit ses études au CNSM de Paris dans la classe de Glenn Chambers.

HINRICHS, Marie-Luise
Au moment où on l’a priée de remplacer Stefan Askenase en jouant le concerto K467 de Mozart en public à l’age de quatorze ans, Marie-Luise Hinrichs était devenue sûre que sa carrière future serait dédiée au piano.
Elle poursuivit une formation intense à Hambourg, Essen et Cologne, auprès de Yara Bernette, Pavel Gililov et Renate Kretschmar-Fischer, ainsi que dans le domaine de la musique de chambre auprès du quatuor Amadeus.
Avec ses excellentes interprétations faisant preuve d'une fine sensibilité musicale, Marie-Luise-Hinrichs est reçue avec enthousiasme par ses auditeurs en toute l'Europe, aux États-Unis et en Australie. Depuis 1993 elle fut souvent invitée à donner des concerts dans le cadre de festivals comme ceux des Châteaux de Weilburg et de Ludwigsburg, ainsi qu’au Mozartfest à Würzburg et au Festival La Roque d’Anthéron. Ses concerts et récitals l’amènent a se présenter au Lincoln Center à New York, au Festival Tanglewood près de Boston ainsi qu’au Théâtre des Champs-Élysées—où, en 1997, elle offre une soirée Schubert et Mozart avec Christian Zacharias, son partenaire musical pour les duos pianistiques.

Leur enregistrement sur compact des œuvres de Mozart pour deux pianos, paru chez EMI Classics, est nominé en 1998 pour le Cannes Classical Award.

Elle joue de nouveau à Paris en 1998 dans une matinée au Théâtre du Châtelet transmise en direct par Radio France, ainsi qu'en 1999 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, à la Salle du Grand Théâtre à Bordeaux et au Concertgebouw Amsterdam. En 2001 et 2002 elle est re-invitée au prestigieux Festival La Roque d'Anthéron.

En outre, dans ses présentations applaudies, Marie-Luise Hinrichs a pu travailler avec des orchestres importants comme l’Orchestre de la Radio du Sud-Ouest allemand à Baden-Baden, les Bamberger Symphoniker, l’Orchestre de Chambre de Lausanne et les Virtuoses de Moscou, sous la direction de chefs d'orchestre comme Emmanuel Krivine, Bernhard Klee, Vladimir Spivakov, Bruno Weill, etc.

Tandis que son répertoire en soliste parcourt la gamme presque complète des possibilités pianistiques (du Clavier bien tempéré de Bach en passant par les sonates mûres de Beethoven jusqu’aux préludes de Debussy et de Scriabine et le Catalogue des oiseaux de Messiaen), elle porte actuellement une prédilection particulière envers un compositeur rarement joué : il s’agit du père Antonio Soler, catalan qui a vécu de 1729 à 1783. Ses sonates écrites dans un style inaccoutumé qui trahit l’inspiration ibérienne forment un élément essentiel dans les programmes les récitals de Hinrichs.

Vous pouvez obtenir encore plus d'informations sur cette exceptionelle pianiste en consultant son site internet www.marie-luise-hinrichs.com

HIYAMA Kazuko, piano. Née à Osaka au Japon, elle commence le piano dès l'âge de quatre ans avec sa mère pianiste, puis devient l'élève de Nobuyosi Kato jusqu’à l’obtention du diplôme du Lycée Supérieur de Musique de Toho-Gakuen. De cette première période « japonaise », on retiendra notamment l’interprétation à l’âge de quinze ans du deuxième concerto de Chopin avec le New City Philharmonic de Tokyo. Elle choisit ensuite de se tourner vers le pays dont elle rêve depuis son enfance : la France. Elle s’installe à Paris en 1996 et accède directement au Conservatoire Supérieur de Paris dans la classe d’Olivier Gardon où elle obtient le Premier prix à l’unanimité en 1997.
S’ouvrent alors à elle les portes du Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) où elle obtient des prix en piano dans la classe de Georges Pludermacher, de Claire Désert et de François-Frédéric Guy, et en musique de chambre dans les classes de Christian Ivaldi et d’Itamar Golan. Elle poursuit en perfectionnement piano au CNSM de Lyon avec Géry Moutier et complète sa formation en musique de chambre dans la classe de Paul Meyer et Eric Le Sage. A partir de 2004 et sa rencontre avec Patrick Cohen, elle développe sa passion pour les instruments historiques que sont le piano-forte, le piano romantique et le clavicorde.
Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle reçoit le parrainage de l'office culturel du Japon entre 2003 et 2005.
Elle donne régulièrement des concerts comme soliste ou chambriste en France, au Japon et à l’étranger. On l’a entendue en direct sur les ondes de France Musique lors d’une rencontre avec Aldo Ciccolini à Montpellier. Elle s’est déjà produite sur plusieurs scènes renommées : Opéra de Lyon, Théâtre Mogador, festivals “Piano Passion” ou “Musikalia”, Auditorium de Lyon où elle donne le triple concerto de Beethoven avec l’Orchestre National de Lyon sous la direction de Ludovic Morlot ou le premier concerto de Tchaïkovski avec l’Orchestre du CNSM de Lyon sous la direction de Peter Csaba. Mais encore l’Esplanade de Saint-Etienne avec l’Orchestre Symphonique de Saint-Etienne sous la direction de Martin Lebel. Elle s’ouvre aussi à la création contemporaine avec le spectacle chorégraphique “L’intrus” avec le compositeur Jean-Marie Adrien. On l’a également vu jouer plusieurs fois au côté de Paul Meyer, Patrick Cohen ou Guillaume Varupenne, trombone basse solo à l’Opéra de Paris.
Enfin, elle se produit régulièrement sur instruments historiques, notamment au château d’Assas et au musée Tourgueniev.
C’est sur un Steinway de 1890 qu’elle autoproduit son premier disc consacré aux ballades de Chopin en 2010.
Elle joue régulièrement au sein de l'ensemble Multilatéral ou l’Orchestre National de Lorraine . Elle participe depuis plusieurs années au Festival « Rencontres Internationales Musicales des Graves » où elle a rencontré Igor Volochin, violoniste avec qui elle forme le Trio Maestro, avec Boris Baraz au violoncelle.
Parallèlement, elle exerce le métier de pianiste accompagnatrice au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, puis actuellement aux Conservatoires de la Ville de Paris et au Conservatoire de Fresnes.

HOOL, Brigitte soprano, a obtenu son diplôme de chant et le Prix de Virtuosité dans la classe d'Yves Senn à Neuchâtel (Suisse). Ayant suivi les cours de maîtres de Rachel Yakar et Catherine Daiprés à Paris, Franco Pagliazzi à Florence, Yoko Takeda à Mantoue et Luigi Roni à Milan, elle se produit depuis 1993 lors de concerts ou spectacles en Suisse, Italie, France, Allemagne, Belgique et Luxembourg. Engagée comme première soprano dans la troupe de l'Avant-Scène Opéra (troupe que nous avons eu la joie de recevoir au Mesnil à plusieurs reprises), elle a l'occasion de se présenter dans les rôles de Amina (La Sonnambula, Bellini), Rosina (Il Barbiere di Siviglia, Rossini), Violetta (La Traviata, Verdi) entres autres.
Elle a également interprété Zerlina dans Don Giovanni de Mozart, Belinda dans Didon et Enée de Purcell, Gabrielle dans "La Vie Parisienne" d'Offenbach. Elle a enregistré les "Sonetos de Amor" du compositeur suisse Nicolas Bolens chez Cyprès.
Brigitte Hool est aussi titulaire d'une licence de Lettres et d'un diplôme de journalisme récompensés tous deux par des prix universitaires pour l'excellence de ses résultats. Elle vient de remporter le Prix du Lyon's Club de Belgique.
Ceux qui ont eu la chance d'assister aux différents récitals qu'elle a donné au Mesnil soit avec le ténor Yves Senn (Emmanuel Ferrer-Laloë étant au piano) soit en solo, accompagnée au piano par Richard Errington, ainsi qu'à la représentation de "La Serva Padrona"de Pergolèse et du Téléphone de Menotti, aux côtés du baryton Sylvain Muster, se souviennent de l'exellence de cette grande artiste.

HOYOS, Gaspar flûtiste. .
D'origine colombienne, né aux États-Unis, Gaspar Hoyos est l'un de flûtistes les plus appréciés de sa génération. Sa sensibilité et sa virtuosité ont été salués par le public et la critique partout dans le monde; en Amérique du Sud, du Nord, en Europe, ou encore au Japon, en Chine et à Taiwan.

Actuellement Première Flûte de l'Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, Gaspar Hoyos est régulièrement invité par les formations les plus prestigieuses (Orchestre de la Radio de Frankfurt, Ensemble Orchestral de Paris, Ensemble "La Follia"... ) et il poursuit une carrière active de chambriste.

Concertiste accompli, il a participé aux Festivals de Musique en Europe (Montpellier - Radio France, Musica Riva, Nancyphonies, Guebwiller, 2è Convention de Flûte à Paris, 2è Festival européen de la flûte à Frankfurt, Festival d'Histria (Croatie) Festival International à Obernai); au Japon (Festival de l'Association japonaise de la Flûte); aux États-Unis (Boston, New York, Chicago); et en Amérique du Sud (Bogota, Cali, Popayan, Lima).

Professeur et pédagogue reconnu, il donne régulièrement des master-classes aux Etats-Unis, en Colombie, Pérou, Croatie, France, Japon, Taiwan... Il dirige le stage annuel de flûte organisé par Jeunesses Musicales en Croatie chaque été, et il est professeur invité aux Rencontres Musicales en Lorraine (Nancy).

Gaspar Hoyos a fait ses études à Dallas, à Boston et à Paris, dans les classes de Mary Karen CLARDY, Paula ROBISON, et Raymond GUIOT.

HOYRUP, Clémence clavecin
Clémence Hoyrup débute le piano à l'âge de cinq ans et se dirige rapidement vers le clavecin, en passant par le CNR puis le CNSMD de Lyon, où elle obtient son prix mention Très bien en 2005. Au cours de l'année 2005/2006, elle se perfectionne auprès de G.Murray (Université des Arts, Vienne). Titulaire du Certificat d'Aptitude à l'enseignement des musiques anciennes, elle enseigne le clavecin à l'ENM de Villeurbanne depuis 2009. Elle se produit dans des festivals, tant en soliste qu'en musique de chambre, accompagnement de choeurs ou d'orchestres (en France, Suisse, Slovénie, République Dominicaine). Elle travaille régulièrement avec l'ensemble XVIII-21, musiques des Lumières, sous la direction de J.C. Frisch, et collabore régulièrement avec l'Orchestre de Lyon (oeuvres de Dutilleux, Strauss, Haydn) sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, Kristjan Järvi ou Christian Zacharias.

HUGUENEL,
Hermine Mezzo-Soprano
Après ses études de chant au Conservatoire de Perigueux, Hermine Huguenel (mezzo- soprano) se perfectionne auprès de Fernand Dumont de l’Opéra de Paris et participe à de nombreuses masterclasses avec des personnalités du monde lyrique telles que Nadine Denize, Gabriel Bacquier, Henry Runey, et Romualdo Savastano de l’Opéra de Rome. Hermine est lauréate du concours international de Marmande. En 2006 elle chante Hermia dans les Caprices de Marianne de Sauguet sous la direction J. Suhubiette à l’Opéra de Dijon. En 2007, son interprétation de Siebel dans le Faust de Gounod à l’Opéra de Dijon a été saluée par la presse. En 2008, ses débuts dans le rôle de Rosine du Barbier de Séville au festival de St Céré lui ont valu des critiques unanimement élogieuses. En 2010, au théâtre Puccini à Torre del Lago en Italie, elle était la Principessa dans Suor Angelica, la Zita dans Gianni Schicchi et Suzuki dans Madama Butterfly de Puccini au festival d’Été. Elle était Mme Larina dans Eugène Onéguine de Tchaïkovsky pour l’Opéra de Fribourg en Suisse ainsi qu'au Festival de St Céré 2011. En tournée en 2012 avec Opéra Éclaté, elle chante Hélène dans la Belle Hélène et Carmen dans le rôle titre. Elle était aussi Alisa (Lucia di Lammermoor) et la Reine Popotte (Le voyage dans la Lune) au festival de St Céré 2014.